Les croyances ou l’idée que nous nous faisons du monde

Einstein disait : « Il est plus facile de désintégrer un atome qu’une croyance. »

atome-croyanceJe ne connais par les atomes mais je sais que les croyances sont effectivement très difficiles à défaire. Pourquoi cela ? Les croyances parlent de la perception que nous avons de la réalité. Une réalité que nous ne percevons pas tous de la même façon.  C’est un peu comme si nous avions tous des lunettes différentes sur le nez.  C’est vous dire comme il est difficile de se comprendre du fait que nous ne voyons pas les choses de la même façon !  Cela rend la tâche difficile n’est-ce pas ?

NOTRE réalité, celle que nous voyons à travers nos lunettes, nous donne ainsi des croyances sur 2 bases :

  • Nos affects c’est-à-dire comment nous vivons ce qui nous arrive
  • Et notre vécu : nous ne vivons pas tous les mêmes événements.

En Analyse Transactionnelle, cette notion cadre avec celle de scénario et de cadre de référence. Je ne vais pas développer ici ces concepts. Je vous invite à faire la formation d’Initiation à l’Analyse Transactionnelle pour saisir ces deux notions très importantes pour comprendre l’individu et ses relations avec autrui.

Avoir des croyances, nous dit le dictionnaire, est « le fait de croire à l’existence de quelqu’un ou de quelque chose, à la vérité d’une doctrine ou d’une thèse. »  On parle donc de FOI, d’ESPÉRANCE.  Et la foi a une énergie extrêmement dynamisante qui peut aller jusqu’au fanatisme.

Donc, le fait d’avoir foi en quelque chose, en quelqu’un, en une thèse, en un événement… peut s’avérer extrêmement compliqué à modifier, vu la somme d’énergie investie dans cette croyance. On peut dire ainsi que plus il y a d’énergie investie et plus la croyance est difficile à défaire. Plus on y croit et moins on lâche prise !

girl-853993_1280C’est le cas pour un certain nombre de croyances religieuses ; croyances qui ont été complètement bousculées, par exemple par des croyances d’ordre scientifique ayant ainsi remplacé les précédentes du fait de la conviction que la science peut tout expliquer… ce qui n’est certes pas le cas à l’heure actuelle !

Les croyances alimentent notre vision du monde. Les bousculer, c’est donc bousculer la façon dont nous percevons le monde. Cela peut provoquer une déstabilisation et donc une remise en question qui peut nous ébranler, parfois succinctement et d’autres fois terriblement.  Cela peut ressembler quelques fois à un véritable cataclysme.
Croire qu’une chose était vraie et se rendre compte que ce n’est pas le cas, est autant déstabilisateur pour un individu que pour une société. Nous ne parlerons que de Galilée qui, en son temps, soutint que la terre était ronde et qui fut condamné pour avoir dit la vérité, tout simplement parce que ses congénères ne pouvaient se représenter la réalité autrement.

Changer ses croyances s’accompagne donc de remises en question ; et c’est notre capacité à pouvoir faire face à ces remises en question qui pourra nous permettre de faire bouger ces croyances ou pas. Remettre ses croyances en question c’est faire preuve d’une certaine force de caractère.

Changer ses croyances c‘est aussi se donner la possibilité d’un changement.

Les croyances forgent notre monde. Même si elles nous parlent de vérités erronées, elles sont des certitudes sur lesquelles on peut s’appuyer.  Elles nous offrent une certaine vision du monde et créent de la sécurité car la réalité devient prévisible, ce qui est confortable.

Les défaire nous amène à ressentir des craintes. En Analyse Transactionnelle, on dit qu’elles satisfont notre soif de structure.

1619-experience-pour-enfants-la-loupe-en-geleePour être dans des croyances, il nous faut déformer la réalité. Toujours ces lunettes déformantes ! On va éliminer ce qui nous dérange en diminuant ou augmentant certains aspects de la réalité.

Les préjugés sont des croyances qui sont transmises par nos parents. Alors que les croyances proprement dites sont élaborées par nous-mêmes dans notre enfance suite à notre vécu et aux décisions que l’on a pu prendre par rapport à celui-ci.

Il faut savoir aussi que les croyances ne viennent pas que de notre famille ou de notre vécu. Elles viennent aussi de notre environnement, c’est-à-dire de la société qui nous entoure, et du temps dans lequel nous vivons.

Croire que l’on a bâti sa vie sur certaines certitudes et les voir s’ébranler est effectivement porteur de déstabilisation. Les croyances nous parlent de remise en question, de déstabilisation et de changement :  on sort véritablement de notre zone de confort.

Nous vous proposerons très prochainement de voir ce que vous pouvez faire avec vos croyances dans notre prochain un article :   « Que faire de vos croyances ? »

En attendant, vous pouvez visitez notre site www.psyformaction.com ou « liker et partager » notre article.

 Bonne lecture. A très bientôt.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *