Le sentiment d’abandon  Article 2 sur 3

 

 abandon 5

Nous avons vu dans le premier article sur le sentiment d’abandon que la genèse de celui-ci s’origine dans le besoin de l’enfant d’être aimé et que le dénutriment relationnel comme les carences affectives empêche le bon épanouissement de l’enfant. Nous allons voir maintenant les conséquences provoquées par le sentiment d’abandon.

Quand un enfant n’est pas entendu dans ses besoins, il se sent abandonné. Il va vivre ce sentiment parce qu’il ne se sent pas compris, et qu’ainsi il est livré à lui-même. La dépendance dont il a si besoin pour bien se construire est rompue ; le risque de mort est réactivé. Il va vivre même un sentiment de  rejet lorsqu’il sent que l’on ne veut pas de lui. Le sentiment de rejet qui implique une exclusion, cousin du sentiment d’abandon est encore un degré supérieur. D’ailleurs il a été instauré de tout temps comme punition suprême dans nombre de  civilisations.

Sans doute touchons-nous là aux sentiments humains les plus douloureux, les plus profonds et que l’on retrouve dans les profondeurs de bien des mal-êtres de l’humanité entière et  des personnes venant en psychothérapie.emotions-de-base

Cela va se traduire par la suite par

de la dépression,

– des somatisations,

– de l’agitation

– voire de l’hyperactivité, etc…

Dans les deux premiers cas la personne plonge pour ainsi dire dans le sentiment d’abandon. Dans les deux autres cas la personne le fuit.

Le sentiment d’abandon instaure chez l’individu un état d’insécurité permanent. Qui dit angoisse 8insécurité dit stress, dit aussi mécanismes de défenses pour se protéger de la douleur et donc des blocages et des incapacitations qui empêchent ensuite de vivre une vie heureuse.

C’est le genre de problématiques que les thérapeutes rencontrent régulièrement dans leur pratique.  Si cette profession vous intéresse c’est aussi le genre de problématiques auxquelles vous serez confrontés et que vous aurez à accompagner en aidant à la traversée et à la résolution de celles-ci avec les personnes qui viendront vous consulter.

Notre dernier article portera sur le lâcher prise qui est la forme positive de l’abandon.

Ecrit le 18 janvier 2016 par Françoise MUNOZ, Institut de formation PSYform’action

Formation à la pratique de la psychothérapie

Formation à l’Analyse Transactionnelle

Psychologie générale,

Une réflexion au sujet de « Le sentiment d’abandon  Article 2 sur 3 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *