La passivité

passivité 2Cela doit vous arriver… Comme à moi aussi cela m’arrive …
Nous avons des choses à faire et puis on laisse passer le temps, on remet : en Analyse Transactionnelle, on parle de procrastination : je procrastine, tu procrastines etc … Nous pouvons le conjuguer à tous les temps, cela ne nous fera pas avancer beaucoup : ce qui n’est pas fait reste à faire.
A chacun sa méthode  pour ne rien faire : bailler aux corneilles (qui, elles  s’en contrefichent). Faire une liste et la regarder bêtement, se ronger les ongles mort(e) d’inquiétude.

Tout cela ne change rien: ce qui doit être fait n’est toujours pas fait.

Certains fuient alors en plongeant dans les petits écrans de toutes sortes (TV, ordi, tablette, téléphone portable, d’autres sortent, d’autres encore s’endorment, d’autres se noient dans diverses activités d’occupation).
Comment calmer la bête qui sommeille sournoise et nous empêche d’être productif alors que nous ne rêvons que de cela?

Faire, mais … Impossible de faire. Comment faire ?

Deux mots sur ce phénomène. Si nous procrastinons c’est que nous sommes dans la passivité. Ah bon ?

Un peu plus d’explications.

La passivité c’est tout simplement s’empêcher de résoudre un problème.

C’est une des 4 formes que la passivité peut prendre. Un autre genre peut être la violence: une fois que j’ai tout cassé je n’ai pas avancer. La passivité est monnaie courante et nous empêche de résoudre nos problèmes : nous tournons en rond, autour du pot. Ennemi numéro de la résolution de nos problèmes, elle maintient en place nos résistances et nos blocages.
Cette énergie est faite nous dit encore l’Analyse Transactionnelle de nombreuses méconnaissances (distorsions de la réalité sur nous, les autres et le monde). Si nous n’avions pas des lunettes déformantes devant les yeux, nous pourrions jugés mieux de nos problèmes et regardant la réalité en face, nous pourrions traiter nos difficultés plus rapidement  et plus efficacement. Mais nous nous protégeons bien souvent : la réalité n’est pas toujours facile à regarder en face. Nos lunettes déformantes nous protègent. Le prix à payer… est cette distorsionlunettes deformantes

Pourquoi ces méconnaissances ? Cela vient de notre vécu d’enfant et de l’interprétation que nous avons donné à ce vécu. Cette théorie parle de scénario (programmation inconsciente).

Ça vous intéresse ? voulez-vous aller plus loin ? Tous ces termes sont vu et approfondis dans nos cours d’analyse transactionnelle. N’hésitez pas à demander plus d’informations.

Cet article vous a plu, suivez-nous en vous inscrivant à notre newsletter et à cliquez j’aime sur nos différents réseaux sociaux.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *