Archives pour la catégorie Non classé

le sentiment d’abandon positif : le lâcher-prise (article 3 sur 3)

prise de tête          Si le sentiment d’abandon est sans doute l’un des sentiments les plus archaïques du mal-être psychologique, comme nous l’avons vu dans l’article 1 et 2 sur le sujet, et publiés précédemment, il n’en demeure pas moins que celui-ci est une nécessité pour accéder au bien-être et au plaisir. Relâcher son corps, son esprit, va permettre notre accession au repos, au confort, à la jouissance.
          Ainsi il est donc synonyme en même temps de mal être et de bien être.

lacher prise bon
Dans le cas positif, l’abandon est ce que l’on appelle le lâcher-prise tant prôné par un certain nombre de techniques.  Celles-ci facilitent en effet cet état (méditation, sophrologie, massage etc.) ; et je ne saurai trop vous les recommander.

Le lâcher-prise permet ainsi le repos, favorise l’arrêt de la lutte psychique que l’individu, quand il va mal, entretient avec lui-même ; mais il faut pouvoir y accéder. Bien souvent ce qui ce passe c’est qu’en relâchant le contrôle, les sentiments négatifs contre lesquels l’individu luttait remontent à la surface. Ce qui fait que bien souvent la personne reprend le contrôle. Relâcher nos défenses et physiques, et psychiques n’est pas toujours chose aisée. Maryse sort tous les soirs, a mille amis, mille activités… en fait elle ne parvient pas à lâcher-prise et est dans l’agitation. Le fait de se retrouver seule lui fait revivre des sentiments douloureux, alors elle le fuit dans la frénésie de sa vie. Sans doute connaissez-vous des gens comme Maryse, peut-être fonctionnez-vous ainsi.

La difficulté à lâcher prise amène au contrôle, à la tension psychologique et physique, laissant l’individu dans un sentiment de pression, l’épuisant.lâcher prise 2

Une thérapie par un vrai spécialiste est alors nécessaire. Psyform’action vous guide dans votre formation.

 

Ecrit le 25 janvier 2016 par Françoise Munoz, psychologue, psychothérapeute, formatrice et superviseure, gérante de Psyform’action

NOËL : UNE FÊTE DU LIEN ?

Boule_de_NoelBonjour à tous,

Noël  s’annonce à grands pas ! Sans doute sans neige cette année.  Cet hiver à la douceur automnal nous invite à mettre le nez dehors.  Sans penser au dérèglement climatique (mais il y a déjà eu des hivers doux dans le passé)  tous nous vaquons à terminer les derniers cadeaux, traînant une certaine fatigue bien normale en fin d’année, et espérant les vacances pour ceux qui en prennent…

Mais quel sens revêt  cette fête pour chacun de nous ? De la célébration de la naissance du Christ, Noël  est devenue une fête  civile  où l’on échange  de nombreux cadeaux, trop ? Sans doute trop.

Si  Noël a pris plus le sens d’une fête  de famille aujourd’hui, elle n’en reste pas moins un moment où l’on se retrouve et festoie ensemble.

Ce que j’ai pu constater c’est que psychologiquement elle revêt une prise de conscience des liens au sein de chaque famille et s’accompagne de joie ou de douleur suivant que l’on se sent bien intégré ou pas dans sa famille, suivant que les liens sont porteurs ou destructeurs et suivant que cette famille existe ou pas.  Ainsi beaucoup de gens se sentent tristes ou déprimés à l’évocation de ces fêtes ou seuls psychologiquement  si ce n’est seuls  physiquement. Alors à tous ceux qui traverseront des sentiments douloureux à cette occasion, j’aimerai envoyer une pensée affectueuse.

Comme on dit : on ne choisit pas sa famille !

Pensez plutôt ces fêtes de fin d’année comme des fêtes pour ETRE EN LIENPeu importe si

c’est des liens du sang ou des choix de liens.

imgres

Pour ceux qui sont seuls pensez à dire je suis seul(e) et faites vous inviter. Osez le faire. Osez appeler !

Pour les autres au-delà  de toutes vos occupations, pensez à ceux qui sont seuls et invitez-les.

Pour ceux qui déplorent être dans une famille qui ne les satisfait pas (et ils sont nombreux) ne focalisez pas dessus : oui c’est difficile mais  les liens ne sont pas que familiaux. Les connaissances, les copains, amis sont aussi importants. D’ailleurs le réveillon c’est un peu ça la fête des amis !

A vous tous, quelques soient les circonstances, je vous souhaite la sérénité dans vos cœurs de la part de moi-même,  Françoise Munoz et de l’Institut Psyform’action.

Ecrit par Françoise Munoz le 19 décembre 2015

Institut Psyform’action.

Formation à la pratique de la Psychothérapie

Formation à l’Analyse Transactionnelle

Formation Psychologie